Attention : voyager en solo rendrait célibataire

Attention : voyager en solo rendrait célibataire

Une personne qui adore voyager seule est souvent considérée comme un esprit libre. Un vrai nomade qui s’est libéré des chaînes de la société et qui a enfin osé marcher au rythme de sa propre musique (pour la minute poétique). Ceux qui voyagent en solo n’ont pas besoin d’être rassurés, ils savent prendre d’importantes décisions chaque jour. On parle des backpackers passionnés, prêts à vadrouiller des heures pour s’imprégner d’un coucher de soleil magique. Ils rendent le fait de voyager de pays en pays aussi simple que de changer de vêtements. Ils prennent la vie comme elle vient, profitent de chaque seconde et chaque jour. Dans une société qui encourage la conformité, cela fait d’eux des sortes de guerriers aux âmes décomplexées.

Vous n’entendrez pas un voyageur qui vadrouille en solo vous dire quoi que ce soit d’autre, si ce n’est à quel point ce qu’il vit est unique, lui a changé la vie et le fait se sentir simplement libre. En voyageant seul, vous aurez vos plus grandes leçons d’amour, de vie et sur la belle planète que nous partageons. Vous évoluerez en tant que personne et cela vous renforcera. Vous ne dépendrez de personne, vous serez en charge de votre propre destin. Rencontrer de nouvelles personnes deviendra une chose du quotidien et cela vous apprendra rapidement à ne jamais vous contenter de moins. Vous aurez votre groupe, un mélange de vieux amis et de nouvelles personnes entrées dans votre vie. Au début, vous laisserez toutes sortes de personnes dans votre vie, mais vous apprendrez rapidement à faire le tri.

La magie commence dès le premier jour, au moment où vous prenez votre premier vol, où vous voyagez en bus ou en bateau vers un pays lointain seul. Chaque jour où vous vagabondez dans le monde entier, vous apprendrez beaucoup, non seulement sur les autres mais aussi sur vous-même.

L’accueil chaleureux des étrangers vous fera évoluer d’une façon dont vous n’auriez peut-être jamais imaginé. En tant que voyageur, vous découvrirez ce que le monde a de mieux à offrir. Vous aurez un tout autre regard sur les stéréotypes, les différentes cultures ou les endroits étant perçus comme dangereux. Mais pour ce qui est de votre vie amoureuse, et bien, désolé de vous faire redescendre sur terre (rien n’est jamais parfait), mais voyager en solo va rendre la tâche de Cupidon ultra compliquée. Vous n’attirerez malheureusement pas la plupart des mecs et des filles du commun des mortels.

Voyager en solo VS aller en date

@dorotheegmz

Ah ce merveilleux monde de rencontres digitales dans lequel nous vivons, qui permet de sélectionner n’importe qui, à partir de photos et d’une petite phrase perso. Mais à cause de vos voyages, vos critères pour un éventuel match changeront légèrement. La stabilité ne vous paraîtra plus aussi importante. Les différentes ambitions ne seront peut-être plus la qualité la plus importante chez l’autre. Vous vous arrêterez peut-être davantage sur les personnes aussi libres que vous ou prêtes à tout plaquer du jour au lendemain.

Travail de bureau – balayez à gauche. Ultra organisé – balayez à gauche. Aime rester en famille – balayez à gauche. Rester au chaud dans son nid douillet – alerte, on balaye vite à gauche!

Evidemment dans le game du date, tout le monde a au moins une fois escaladé cette fameuse montagne, est photographe amateur ou s’est décidé à se mettre au yoga. Et vous vous retrouverez cyniquement à penser combien vous aimez ces choses et en y réfléchissant de plus près, est-ce un mode de vie ou quelque chose que vous avez fait une fois en vacances d’été ? Pour vous ça ne sera plus suffisant, vous aurez besoin d’un peu plus.

Voyager en solo ruine les premières approches

📷@selindersan

Bon soyons réalistes, parler de la météo pour meubler une conversation n’a jamais fait de mal à personne. Sauf si vous êtes coincés sur une île fidjienne en raison d’un cyclone imminent ou peut-être que vous êtes un chasseur d’orage, votre appareil photo en main. Bien sûr, il n’est pas uniquement question du temps, mais les conversations de surface peuvent en dire long sur le mode de vie de beaucoup de personnes. «Quelle est ta nourriture préférée?» une question typique pour apprendre à se connaître. Si la réponse est « pizza » mais qu’on ose l’associer au le mot Dominos et pas à «la perfection de la pizza à Naples», alors votre cœur risque de se fissurer légèrement.

Le petit bavardage de surface existe aussi entre voyageurs et commence généralement par: « Tu viens d’où? », « Tu étais où? », « Tu vas allez où? ». Ces questions sont posées tous les jours mais surtout les réponses ouvrent de nouvelles possibilités. Chaque réponse ouvre de nouvelles portes aux rêves et à l’aventure.

On pense par exemple à ses longues nuits de train où vous racontez votre vie à un étranger, en parlant de vos peurs les plus intimes ou de vos prochaines aventures. Beaucoup de gens seront ravis d’entamer la conversation. Certaines personnes n’ont jamais vraiment osé explorer les profondeurs de leur pensée ou même se sont données le temps d’apprendre ce qui les fait vibrer.

Voyager seul nous apprend à savourer la solitude

📷@astaclivo

Vous serez rarement seuls si vous voyagez en solo, c’est pourquoi vous apprendrez d’autant plus à apprécier la solitude. Cet espace pour penser et contempler toutes les pensées qui ont pu basculer depuis que vous avez décidé de tout plaquer. Ce temps précieux passé dans les cafés, à observer les gens autour de vous en souriant. Ces rares fois où vous aviez un dortoir d’auberge de jeunesse à vous tout seul, parfait pour une soirée à bouquiner et explorer ce qui vous fait envie. Sans parler des voyages interminables en bus, ce qui équivaut à penser sans réfléchir, à lire et à prendre simplement le temps de profiter.

Cette envie d’évasion est sans fin. Sauf dans le cas d’un début de relation (si vous avez trouvé la bonne personne). Mais, les moments passés seuls restent très précieux et vous commencerez à en ressentir le besoin.

Alors quand vous direz « Je ne peux pas te voir samedi », et qu’il/elle répondra « Pourquoi pas », la réponse «Parce que j’ai besoin d’espace pour penser, respirer, créer et être moi-même.» On imagine déjà la réaction de la plupart des gens. Vous pouvez vous trouver des excuses pour expliquer pourquoi vous avez besoin de ce temps seul, mais mentir n’est pas la solution.  Alors bon courage aux voyageurs, il faut du temps pour trouver une personne qui comprenne pourquoi vous avez besoin de votre temps seul.

Voyager seul nous guide vers des gens aux quatre coins de la planète

solo travel, boivia-flags

📷@johannaw

Impossible de voyager en solo sans faire de belles rencontres aux quatre coins de la planète. Vous deviendrez un aimant pour les esprits libres tout comme vous. Les expériences fortes que vous partagerez vous lieront parfois plus vite que dix ans d’amitié.

L’euphorie d’atteindre le sommet de la montagne ensemble, tester la fameuse «viande» non identifiable des street-food, d’être déposé au milieu de nulle part dans la nuit et trouver votre chemin vers l’auberge de jeunesse ensemble. Difficile d’expliquer à un ami qui ne passe pas sa vie à voyager, ce que c’est d’explorer le globe, de croiser le chemin d’inconnus et de partager ces expériences uniques qui nous lient à vie. Même lorsque vous revenez à la «vraie vie».

Donc, quand vous avez des amis un peu partout dans le monde qui viennent vous rendre visite, ne vous attendez pas à ce que votre moitié comprenne. « Mark d’Australie sera là ce week-end », ou « Inge d’Amsterdam, Nick de New York, Leann, tu sais la fille que j’ai rencontré dans désert de sel de Bolivie, et avec qui j’ai arpenté le Brésil ». Votre partenaire lambda sera sûrement curieux, mais ne vous attendez pas à ce qu’il comprenne ou connecte avec vos BFF de voyages. Et il va falloir aussi qu’il ou elle comprenne que vous devez aller les voir dans leur pays lointain !

Voyager en solo VS choses matérielles

antigua guatemala

📷 @trentnattrass

 

Vivre avec le strict nécessaire dans un sac à dos pendant de longues périodes fait partie intégrante de votre vie. Ne pas avoir à impressionner qui que soit est libérateur. Seul le voyage vous enlève ce besoin d’être une personne bien présentable sous tout rapport, en privilégiant davantage ce qu’il y a derrière les apparences.

Bien sûr, en revenant à la «vraie vie», le volume de vêtements à votre disposition vous fera tourner la tête, mais ça sera de courte durée. Cette nouvelle paire de jeans qui vous faisait de l’œil devient très rapidement un billet d’avion, oubliez cette paire de chaussures élégantes, pas pratique pour voyager. Les choses matérielles n’auront plus la même valeur qu’avant.

Enlever les pointes de couleurs dorées de mes cheveux longs (bon ok un peu brûlés) et les couper pour garder une couleur présentable est un drame. Ma crinière sauvage faisait maintenant partie de moi, mon moi du voyage. Donc la rendre conforme était insupportable.

Lorsque votre partenaire vous suggère de vous rendre dans les magasins ou de vous enthousiasmer à propos d’une nouvelle chemise / robe / paire de chaussures, une petite partie d’entre vous meurt à l’intérieur (bon ok légèrement dramatique). Car vous savez maintenant que ces choses matérielles n’ont pas autant de valeur que les expériences vécues en voyage. C’est dans ces moments là que vous réalisez que vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde. Et vous vous voyez déjà en tongs.

Un avis de voyageur bien tranché

Les voyageurs en solo apprennent énormément, non seulement sur le monde mais sur eux-mêmes. Ils ne ressentent pas le besoin d’être d’accord avec l’autre pour être à l’aise ou ne pas entrer dans des débats. Ils explorent des coins du globe dont d’autres ne daignent même pas rêver et passent du temps dans des communautés différentes. Apprendre à s’adapter à de nouvelles cultures devient très vite une seconde nature et le respect des autres et surtout de leurs différences est un atout rare qui fait la différence.

Vous aurez des opinions bien tranchées sur les problèmes mondiaux, car vous y avez été et vous en avez parfois fait l’expérience, et pas seulement lu une opinion dans tel ou tel article.

Quand un nouveau partenaire affiche un élément d’ignorance, il faut prendre sur soi pour ne pas partir au quart de tour. Oui, vous allez essayer de débattre avec vos connaissances, mais la plupart des gens aiment croire que ce qu’ils lisent est évangélique. Votre radar de brassage d’air va s’activer et vous détruirez les mythes qu’ils ont absorbés avec facilité, avec des faits.

Vous serez considérés comme un «je-sais-tout» par certains, mais votre expérience vous permettra de ne pas vous soucier du regard des autres, sans avoir peur de partager votre avis. Alors, soyez prêts !

Voyager seul = Wanderlust

solo travel, jw-great-ocean-road

Si vous avez réussi à vous frayer un chemin à travers le reste des raisons pour lesquelles la voyageur solo qui est en vous est toujours célibataire et que le date se fait rare, celle qui suit viendra achever le tout.

En deux mots : la routine. Maintenant l’ennemi numéro 1 au profit de la spontanéité, votre source de vie. Vous ne réfléchirez pas à deux fois avant de réserver un vol le jeudi pour une escapade le temps d’un week-end. Dans un endroit jamais visité auparavant. Cela ne vous dérange pas si votre moitié vient avec vous (mais au fond vous aimeriez bien qu’il ou elle ne le fasse pas).

Ils hésiteront lorsque vous aborderez ce nouveau plan de voyage, et trouveront peut-être des excuses comme avoir besoin de dormir, regarder une nouvelle série ou mettre la maison en ordre après une semaine chargée au travail. Pendant que vous serez déjà en train de cliquer frénétiquement sur Skyscanner et Hostelworld, prêts à réserver.

Pendant que d’autres auront des conversations sur l’avenir, hypothèques, carrières et compagnie, vos rêves se dirigeront davantage vers une liste de pays. Un monde rempli d’opportunités et un sac à dos prêt à repartir.

Une fois que vous avez été contaminé par le virus du voyage en solo, même si vous essayez de vous poser et vous conformer aux règles de société, vous ne verrez plus votre vie de la même manière. La seule solution est de trouver quelqu’un d’aussi sauvage et libre que vous.

 

Pour en savoir plus sur les aventures de Johanna Whitaker direction visionsofjohanna.org et faites un tour sur son Instagram!

 

Vous aimerez aussi:

 

Share The World!
INSTAGRAM
EMAIL
Facebook
Facebook
GOOGLE
GOOGLE
/blog/voyager-seul-celibat/?lang=fr
Youtube

À propos de l'auteur(e)

Dorothée Gomez

I'm Dorothée, French, German, Spanish & Polish (yess crazy family round 1). Senior Social Media & Content Executive and #HostelworldInsider at Hostelworld. I grew up in Germany before moving to France. My parents are both multicultural, so we are speaking different languages at home. I guess that's also why I'm obsessed with travel, foreign languages and other cultures. ✈ Favourite place on earth: New York City. 🏠 Favourite hostel: LemonRock Hostel, Granada, Spain. Follow my adventures on Instagram @dorotheegmz

Inspirez-vous

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs marqué d'un * sont obligatoires. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les applications mobiles d'Hostelworld

Réservez facilement grâce à la nouvelle application mobile Hostelworld.

Download on App Store Download on Play Store

Cherchez et réservez plus de 33 000 propriétés dans plus de 170 pays, où que vous soyez.